Le Kanban dans les industries du bois et ameublement

Accueil/Bois, Gaspillage, LEAN/Le Kanban dans les industries du bois et ameublement

Le Kanban dans les industries du bois et ameublement

Le kanban est un outil de gestion du juste à temps, qui permet de travailler en flux tiré. C’est une étape importante pour arriver au flux pièce à pièce qui est l’objectif que nous devons nous fixer.

Cette méthode a entre autre comme avantages :

  • Mise en place rapide qui ne nécessite pas de gros investissements financiers
  • Méthode autogérée
  • Diminution des délais de fabrication et de livraison
  • Méthode visuelle
  • Motivation des opérateurs

 

Alors pourquoi, cet outil n’est pas régulièrement déployé dans les industries du bois et de l’ameublement?

 

Il y a 3 types de freins :

19422831_s

 

  • Les freins psychologiques
  • Les freins organisationnels
  • Les freins techniques

 

Les freins psychologiques :

  • Certains pensent que ces méthodes de gestion ne sont faites que pour les entreprises de pointe, que pour les grandes entreprises. Combien de fois ai-je entendu : Mais nous, nous ne sommes pas Toyota – Nous, nous n’avons pas les mêmes problèmes que les autres.
  • Certains gestionnaires de production ont peur de perdre la maîtrise de leur tâche de ‘distribution de travail’. Le kanban étant une méthode auto-gérée son application ne nécessite pas de gestionnaires. Par contre, le gestionnaire est nécessaire pour la mise en place.
  • Les directions générales et les contrôleurs de gestion sont quelquefois réticents à cette mise en place, car ils pensent que le suivi des prix de revient et le contrôle budgétaire ne sera plus possible.

Les freins organisationnels :

  • La gestion d’un produit par Kanban, nécessite une régularité de la demande sur ce produit. Un fabricant de meubles ayant une gamme de produits (couleurs – dimensions) très large, ne pourra pas gérer les façades en Kanban. Un fabricant de menuiseries à la commande, ne pourra pas gérer les composants bois et les vitrages en Kanban.
  • Le kanban, ne peut pas s’appliquer sur des composants réalisés en petite série. Il faudra donc bien classer les composants en fonction de leur consommation.
  • Le kanban, nécessite une réactivité importante tout au long de la chaîne logistique. Les temps de changement de série doivent être faible. Il faut souvent passer par une étape SMED avant de mettre en place le kanban sur un poste.
  • Enfin, dernier point, bien que le kanban soit une gestion en flux tiré, il faut obligatoirement avoir mis en place une planification en amont et ce pour connaitre la consommation moyenne des produits concernés.

Les freins techniques :

  • Dans l’industrie du meubles (panneaux) ou l’industrie de la menuiserie (carrelets), une étape importante dans la chaîne logistique c’est l’optimisation de débit. Cette étape est très importante pour optimiser la matière. Par contre, elle peut gêner la mise en place du kanban, en générant des quantités différentes des tailles de lot.
  • Un autre gros frein technique, c’est la matière : le bois est un matériau hétérogène, qui malheureusement a souvent des défauts qui peuvent perturber une application ‘théorique’ du kanban.
  • Enfin, une habitude de la profession perturbe très fortement la mise en place du Kanban et des flux tirés. C’est le stockage des composants sur des tables à rouleaux. Cette méthode fonctionne parfaitement avec une gestion en flux poussé, mais ne peut fonctionner en flux tiré. Elle amène un ordonnancement beaucoup trop rigide.

 

Freins

 

 

Quels produits gérer en Kanban?

Vous avez décidé de mettre en place une gestion en flux tiré pour certains composants. Dans un premier temps, il va falloir sélectionner des références pilotes. Le kanban fonctionne avec des fabrications ou approvisionnements répétitifs et relativement stable.

L’idéal est de débuter avec la gestion de certaine composants achetés (charnières, coulisses, tourillons, inserts, visserie, …) ou de produits fabriqués sur lot (bandeaux, dos, …). La mise en place est expliquée dans un chapitre dédié.

Les quincailleries (charnières par exemple) sont le produit idéal pour un démarrage pilote.

  • Processus d’approvisionnement des lignes de montage
  • Utilisation d’un supermarché, mise en place d’une tournée du laitier
  • Analyse de la volumétrie, des consommations, de la variabilité
  • Calcul du nombre de kanban
  • Calcul de l’encours maxi
  • Validation de l’ensemble – Mise en place du système
  • Déploiement du cycle d’amélioration continue

Le calcul du nombre de Kanban et de l’encours maxi est effectué de la manière suivante :

N = ((D + S) x (Q/t)) / C

  • N = Nombre de kanban
  • D = Délai de retour d’un Kanban envoyé au magasin
  • S = Délai de sécurité
  • Q = Consommation journalière
  • t = Temps de travail journalier
  • C = Capacité d’un contenant

M = N x C

  • M = Encours maxi

Prenons les critères suivants :

  • D = 8 heures (1 tournée du laitier par jour – récupération des Kanbans et livraison à la tournée suivante)
  • S = 2 heures
  • Q = 150 charnières par jour
  • t = 8 heures par jour
  • C = boite de 50

N = ((8+2) x (150/8) / 50 = 3.75

N = 4

M = 4 X 50

M = 200

Voila un produit simple pour démarrer et se former à la mise en place du Kanban. Vous pouvez le déployer sur tous les composants quincaillerie avec une consommation régulière. Ensuite, mettre en place des boucles Kanban sur des produits manufacturés, et pour lesquels vous avez une consommation régulière. Cela ira de paire avec un processus d’amélioration continu : vous devrez apprendre à lisser la consommation, à diminuer les temps de réglages pour la fabrication, à mettre en place l’autocontrôle afin de ne livrer que des pièces bonnes, …

Le Kanban sera sans doute le premier outil que vous allez utiliser dans votre volonté de passer en flux tiré.